Mme 450 %

_Y3A2089

A tous ceux qui ont suivent mon expérience de reconversion professionnelle,  je vous informe que l’aventure a pris un vrai départ. Depuis le mois de septembre, j’ai commencé la production de mes pâtisseries à Bruxelles sous la marque, La Petite Parisienne. Et ça marche ! Pour l’anecdote mon mari m’appelle même Madame 450 % depuis que j’ai atteint cette objectif de vente sur le site de vente  de produits bio,  www.efarmz.be (voir leur rubrique LAB) ! Evidemment c’est un début, et il faut rester humble, mais ça met du baume au coeur. Et j’avoue que je suis fière du chemin parcouru depuis trois ans. Du CAP a l’entreprenariat !

Confidence pour confidence, à vous qui rêver d’enfiler la blouse Ferrandi, je peux vous dire que le plus dur, c’est loin d’être la formation. Une infinité de difficultés petites ou grandes émaillent le quotidien de l’entrepreneur en devenir. Comment produire ? Que proposer dans sa gamme ? Trouver des distributeurs ? S’installer tout de suite dans une boutique ou non ?

Pour ma part, j’ai opté pour la solution intermédiaire. Pas de boutique, pas de coffee shop -même si j’en rêvais -, pas même de laboratoire à moi toute seule pour le moment. Je produits dans une cuisine professionnelle partagée à Bruxelles, www.co-oking.be . Un lieu où plusieurs professionnels louent des espaces de travail à l’heure. L’idée est géniale car elle permet de tester son projet avant d’engager trop de frais dans l’installation d’une cuisine personnelle. L’autre intérêt ce sont les rencontres que l’on y fait, sources d’inspiration, qui parfois débouchent des opportunités.

Evidemment il y a des contraintes, telle que le respect de l’horaire de location, mais sans cette cuisine, je ne sais pas comment j’aurai fait pour démarrer. Depuis un peu plus d’un mois, j’y fabrique trois fois par semaine ma gamme de pâtisserie : Madeleines vanille, madeleines citron, financiers thé vert – framboises, financiers noix de pécan caramélisées, financiers noisettes torréfiées et fleur d’oranger, moelleux chocolat à la fleur de sel, galette charentaise, et même cookies chocolat aux noix de pécan. Je vend ses produits sous forme de sachet ou en vrac, sur des sites  ou www.laruchequiditoui,be, ainsi que dans des magasins.

Vous constaterez que finalement je ne vend pas les gâteaux qui j’avais présenté ici même dans mon précédent billet : tarte framboises, tarte citron meringuée, forêt noire, etc. Une gamme qui ne supporterait pas les contraintes de la vente en ligne. Pour débuter, il me fallait une gamme simple à mettre en place, à transporter et à conserver. Si vous êtes curieux, allez faire un tour sur mon site professionnel, www.lapetiteparisienne.be, vous y trouverez des visuels de mes produits. Les autres,  je les garde pour plus tard. C’est toujours comme ça dans un projet, on part avec une idée, et puis en se confrontant à la réalité, on modifie certaines options.

_Y3A2101

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s