Do you know Ferrandi ?

Evidemment que vous connaissez Ferrandi ! Vous êtes sur mon blog… Mais ce qui m’a surpris pour être honnête, c’est l’incroyable notoriété de l’école en France, ainsi qu’au delà de l’Hexagone. Je m’en suis rendue compte en observant les statistiques de ce blog. Elles m’indiquent combien de lecteurs l’ont visité et surtout de quels pays ils se sont connectés ; or j’ai eu l’eu la surprise de constater que certains d’entres-vous me lisent au Gabon, en Allemagne, en Suède, en Espagne, en Corée… J’en suis toujours surprise et flattée.

L’école mérite sa réputation internationale, tant en termes d’enseignement, que de moyens et de débouchés. Il faut savoir reconnaître aussi l’excellence de son plan média. Le service de communication répond le plus souvent favorablement aux demandes de reportage dans la mesure où elles respectent l’identité de l’école et le travail des élèves.

Entre septembre et décembre, nous avons pu voir une équipe de télévision préparer un reportage sur l’école et j’ai moi même été interrogée par une journaliste du Figaro qui s’intéressait aux adultes en reconversion professionnelle.

En arrivant en stage, je me posais cependant la question de savoir comment était perçue l’école auprès des professionnels. Coté patron, le fait de venir de la grande école de gastronomie Ferrandi est plutôt un atout. En revanche, j’ai pu constater un léger froid en côtoyant les apprentis et des stagiaires en reconversion. L’école ayant la réputation de faire payer très cher son enseignement, ces personnes assimilent plus Ferrandi à une « boîte à bac » qui fait d’énormes bénéfices en vendant des formations à prix d’or. Du coup, ils me voyaient un peu comme une Marie-Antoinette voulant jouer non pas à la fermière mais à la pâtissière. Les premiers jours j’ai ressenti comme une défiance, un fossé entre nous. Quelque chose qui s’apparentait un peu à de la jalousie aussi. J’ai entendu : « Tu fais ta formation chez Ferrandi ? Il paraît que cela coûte près de 25000 euros la formation ! C’est vrai ? » « Heureusement que non ! Sinon, je n’aurai jamais pu me la payer ! » ai-je répondu. C’est le revers de la médaille pour l’école…

tumblr_mfjrxo393S1qzmt4ko1_500

5 réflexions sur “Do you know Ferrandi ?

    1. Bonjour,
      Merci de suivre le blog. Pour etre franche, mon stage n’est pas top. Je suis tombée dans une pâtisserie où il y a beaucoup d’apprentis et le chef n’est presque pas présent. Du coup, c’est moyen en termes de transmission de savoirs. Je cherche autre chose actuellement. Par ailleurs, l’ambiance est rude mais ça je pense que c’est un peu pareil partout. Il faut s’y attendre. Autant à l’école, on est chouchouté, autant en stage on se rend compte que l’on est exclusivement pour être des bras en plus. C’est un peu frustrant.
      C’est un moment à passer. Mais c’est vrai que si je n’avais pas l’ambition de monter mon propre business, jamais je ne pourrai travailler en pâtisserie en tant que salarié.
      Voilà j’espère ne pas vous décourager. Mais sachez qu’il faut s’accrocher pour avoir l’énergie de se lever tous les matins pour gratter des plaques, faire la plonge et les sandwichs.

      J'aime

      1. Merci beaucoup pour ce retour, c’est effectivement très instructif.
        Dans ces moments-là, il ne faut surtout pas perdre de vue son objectif, c’est à dire à terme créer sa propre boîte. Mais ça ne doit pas être évident, surtout lorsqu’on est en reconversion professionnelle. Vous avez du mérite…
        Et votre retour d’expérience est très utile. Merci encore pour votre blog.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s