Tronches de cake

arton24

Bon promis, je ne vais pas verser dans le misérabilisme. Ok, la formation est finie. Ok, nous avons dû vider les casiers, mais franchement nous en avons bien profité. Nous avons travaillé, mais l’ambiance était à la rigolade.

Lundi dernier, nous avons par exemple fait des gâteaux moelleux, autrement dit des gâteaux de voyage. Vous savez, ces gâteaux que l’on faisait déjà à la maison : cake week-end, brownies, cakes aux fruits confits, gros quatre-quarts marbrés, cake au chocolat, pain de Gênes, madeleines. Bref, que des gâteaux à la levure chimique. Le genre de pâtisseries que nous avons l’impression de maîtriser parfaitement, mais finalement il y a toujours des trucs que faisait de travers avant de recevoir l’enseignement ferrandien.

Exemple N°1 : comment faire pour ne pas avoir ses cakes ravagés par la faille de San Andreas ? Vous savez, quand le cake se fend n’importe comment en fin de cuisson. Et bien, c’est comme pour le pain, dont la structure aura besoin de se déchirer. Il faut l’aider en taillant la croute avant avec un couteau beurré. Comme ça, la croute sera harmonieuse. Exemple N°2 : un cake se cuit à four vif, mais après quelques minutes, il faut doubler la plaque de cuisson pour éviter que le gâteau ne ferre (comprenez brûle à sa base). Enfin à la sortie du four, il faut démouler puis envelopper encore chaud dans un plastique pour garder le produit bien moelleux.

Autre chose apprise : pourquoi à votre avis, plus personne n’aime manger des cakes aux fruits confits ? Parce qu’ils ne s’agit plus de vrais bons fruits, mais de morceaux de courge colorés et sucrés. Pouah ! Maintenant, vous voilà prévenus ! Ca me rappelle une histoire de famille. Je vous ai déjà parlé de mon arrière grand-père, le grand chef cuisinier (voir post sur Lucien Gautier). Et bien, sa femme, mon arrière grand mère, qui n’aimait pas les cakes aux fruits confits avait un truc pour obtenir ce qu’elle voulait. Elle disait « Mr Alfred est passé à la boutique, il veut encore un cake sans fruits ! » Et mon arrière-grand père s’exécutait, en râlant, mais il le faisait. Et Mémé passait ensuite récupérer le cake sans fruits en douce au labo…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s