La poche à douille

Elle n’a pas l’air bien méchante, et pourtant elle m’en fait baver. Premier thème abordé en labo : la pâte à choux. Une base indispensable pour fabriquer éclairs, choux, chouquettes, glands, etc. La fabrication de la dite pâte ne posera pas de problème. Si ce n’est un coup de fatigue du bras droit quand il s’agissait de triturer la panade. A propos, c’est quoi la panade ? C’est la drôle de mixture qui se forme quand on verse d’un coup la farine dans le mélange chaud d’eau, beurre fondu, sel et sucre. Pas très ragoutant dans les premiers instants, puis sous l’action des coups de spatule, la magie opère. Elle s’amalgame et se décolle de la casserole. Ensuite, il faut incorporer hors du feu les œufs, un par un. Jusque là, tout va bien. Puis, mettre en poche et dresser des choux. Notre professeur tel un prestidigitateur prend une poche, la retourne sur sa main. Puis il saisit la corne (un genre de spatule en plastique sans manche) et remplit la poche munie d’une douille ronde de 15 millimètres. Ensuite, il empoigne la poche et dresse des choux, des éclairs, des glands… des petits, des grands, tous parfaits. Oh là ! Pas si vite … « Allez ! C’est à votre tour. Faites attention à garder les mains propres ! » Pile à ce moment, nous nous sommes regardé les uns, les autres en nous demandant comment nous pouvions faire pour ne pas nous en tartiner partout. Autant vous dire tout de suite, que cela ne s’est pas passé sans tache. Mais le plus compliqué pour moi, fut de dresser. Empotée, je ne parvenais ni à tenir la poche correctement, ni à la presser de la bonne façon. Résultat mes choux ne ressemblaient à rien. A ma droite, l’un de mes camarades de promo avait l’air plus à l’aise. Manifestement, il pochait souvent le week-end. Voyant mon désarroi, le formateur est venu me montrer encore une fois le bon geste et surtout me rassurer. « C’est normal de ne pas y arriver du premier coup. » Me rappelant à juste titre que nous étions là pour apprendre.

C’est l’une des difficultés pour un adulte en formation. Se trouver dans la peau de l’apprenant, gauche et maladroit, alors que dans sa vie professionnelle antérieure on était parfaitement à l’aise, au point.IMG_3345IMG_3348

7 réflexions sur “La poche à douille

  1. A la rédaction des Dossiers de La Recherche, on a eu la chance de goûter vos choux à la crème (puisqu’on a eu la bonne idée d’avoir votre marin comme graphiste) : une tuerie !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s